S ur le terrain il s’agit bien d’un seul et même marché celui de répondre à un besoin de des personnes et des biens autrement dit des lieux et des activités qui y sont hébergés sans limite géographique (immeuble, territoire). Aussi, cette approche a amené le marché de la sécurité à se structurer autour de modèles dont les interdépendances sont de plus en plus étroites. Ces modèles sont par exemple ceux de la , de la sûreté, de la sûreté de fonctionnement, de la santé et , ou encore celui de la sécurité civile. La segmentation du marché était très clairement établie autour de ces modèles. C’est aujourd’hui de moins en moins le cas. Un phénomène qui s’explique par les nouveaux usages que nous souhaitons faire des lieux de vie.

Le marché de la sécurité peut être appréhendé sous deux angles : celui de la « technique » d’une part et celui de la « sécurité humaine » d’autre part.

Le réchauffement climatique amène à de nombreuses conséquences dont celui d’amplifier tous les phénomènes de dangers jusqu’alors davantage contenus. Le marché de la des lieux de vie est à ses balbutiements car elle n’a pas encore pris en compte ce vecteur qu’est la fonction de sécurité pour ces derniers.

Les acteurs économiques orientent depuis une décennie leurs actions vers des finalités visant à limiter l’impact énergétique sur nos territoires. Le marché traite ainsi volontairement les causes et non les conséquences. Des  conséquences qui progressivement s’imposent dans le paysage de la gestion de nos territoires et donc de ses acteurs économiques et sociaux. En parallèle, nos lieux de vie sont chargés de plus en plus de services faisant ainsi entrer nos espaces de vie dans une ère servicielle.

Dimension technique du marché

Le marché de la sécurité au sens « technique » du terme à travers ces différents métiers tire véritablement le secteur de la sécurité humaine vers le haut. Les installations techniques de sécurité se répartissent dans le domaine du secteur de l’exploitation immobilière et industriel entre des modèles principaux que sont les modèles de sécurité incendie et de sûreté.

Dimension technique du modèle de sûreté

Nous retrouvons donc des installations techniques de sûreté regroupant 2 grandes catégories fonctionnelles : celle des moyens d’accès et celle de la surveillance.

  • Les installations de contrôle d’accès regroupent notamment l’ensemble des systèmes de contrôle d’accès par badge physique ou virtuel, la biométrie, l’utilisation d’armoires électroniques pour la gestion de moyens d’accès à clé notamment mais aussi les portes automatiques et motorisés, les barrières levantes pour traiter le flux de véhicules ; les portillons d’accès piétons, et tout autres obstacles physiques commandés mécaniquement en local ou à distance, manuellement ou automatiquement.
  • Les installations de surveillance rassemblent les équipements de centrale intrusion, les systèmes de détection intrusion raccordés à un transmetteur de télésurveillance, les systèmes de vidéosurveillance, l’arrivée de plus en plus systématique d’hyperviseur prenant en compte l’ensemble des dispositifs techniques de sûreté.

L’édition de logiciels vient ainsi centraliser l’ensemble de ces fonctionnalités
techniques et ainsi concentrer et modifier le marché de la sûreté. Un marché où la technique prend une part de plus en plus importante avec la volonté de répondre systématiquement à la demande d’efficacité opérationnelle et économique.

Tous les efforts sont ainsi portés sur une stratégie de détection des situations de danger quel qu’en soit d’ailleurs les risques considérés. Les risques de sûreté
d’abord sont concernés mais les risques d’incendie (volontaires ou non), naturels ou technologiques.

Le secteur évoque notamment la notion de « télé-vidéosurveillance » permettant, à travers les différents « objets connectés » classiques (lecteurs, images vidéo, détections intrusion, détection inondation, remontées d’alarmes techniques…) d’intégrer des informations et des mécanismes d’analyse de plus en plus pertinent. Cela pose ainsi la question suivante : de quelles informations aurai-je besoin demain et quelles réponses de terrain devrais-je engager ?